Menu

Cépages

Le vignoble neuchâtelois, dans sa recherche d’authenticité et de qualité, s’est volontairement restreint dans le choix de ses cépages. Voici les descriptions des principaux cépages plantés dans le canton de Neuchâtel.

 

Actuellement, les cépages blancs occupent 40 % de la surface, essentiellement Chasselas, Pinot Gris et Chardonnay, et les rouges 60 %, principalement du Pinot Noir. Seuls douze cépages permettent d'obtenir l'appellation d'origine contrôlée de Neuchâtel, dans un but de conserver qualité et authenticité. Découvrez ces différents cépages.

 

De par son caractère neutre, il confère aux vins de Neuchâtel une saveur du terroir très typée. Vif, gouleyant, légèrement pétillant, il se fait apprécier en apéritif ou en accompagnement d’un gâteau au beurre, d’un poisson du lac, d’un morceau de Gruyère ou d’une fondue. Une spécialité provenant de ce cépage et qui rencontre un succès croissant est le «Non Filtré». Ce vin d'aspect trouble, résultant de la présence de fines lies en suspension, offre au nez et au palais des sensations de fruits exotiques surprenantes.

 

 

Avec ses sols caillouteux et calcaires, le Littoral neuchâtelois offre à ce noble cépage une terre de prédilection. Les vins en découlant sont de grande classe, pleins et généreux, aptes à vieillir plusieurs années. De plus en plus d’encaveurs l’élèvent en barrique de chêne, lui apportant ainsi de subtiles nuances de vanille. Il saura être le compagnon agréable de toute entrée chaude, saucisson neuchâtelois, viande blanche ou rouge et tomme fermière. Issu de Pinot noir peu cuvé, «l’Œil-de-Perdrix» évolue à Neuchâtel dans son pays d’origine. De teinte saumon, ce vin rosé témoigne d’une superbe distinction. Vinifiée en blanc sans macération, la fine et racée «Perdrix Blanche» provient du même cépage.

Mutation naturelle du Pinot noir, ce cépage a été sélectionné la première fois en Alsace. Assez peu planté à Neuchâtel, il offre pourtant de belles surprises. Sa finesse et ses parfums délicats de poire et pêche blanche, en font le compagnon idéal d'une terrine de volaille.

 

 

A Neuchâtel, ce cépage donne des vins riches et généreux qui font honneur à la région. Sa teinte dorée et soutenue charme les yeux attentifs. Vendangé en surmaturation, mûri par passerillage ou pressuré après congélation des baies (cryoextraction), il engendre des vins liquoreux amples et corsés. A table, il peut se marier élégamment à un saumon fumé, à du foie gras, aux champignons des bois ainsi qu’aux fruits de dessert.

Ce cépage de réputation mondiale a trouvé dans le terroir neuchâtelois la quintessence nécessaire à son épanouissement. Puisant en profondeur sa substantifique moëlle, il offre au palais des vins fruités et élégants. Son acidité le prédispose idéalement au vieillissement, lequel peut s’effectuer en barrique de chêne. On appréciera ce vin en apéritif, pour accompagner des poissons fins, des terrines et gratins de légumes, voire un dessert.



Parfaitement acclimaté aux coteaux de notre vignoble, ce cépage permet la production de vins très aromatiques qui se marient particulièrement bien aux poissons de mer, aux crustacés ainsi qu’aux huitres.






Son parfum muscaté confère aux vins issus de ce cépage de très fins bouquets. On les assortit avec bonheur à un hors-d’œuvre, aux poissons du lac ou à un fromage de caractère.






Au floral imposant et au fruité épicé, ce cépage développe dans le terroir neuchâtelois des bouquets exceptionnels. Il saura soutenir admirablement un met relevé, un plat exotique ou une bondelle fumée.






Ce nouveau cépage, issu d’un croisement entre chasselas et chardonnay, développe d’agréables saveurs aromatiques, rafraîchissantes en apéritif et idéales en accompagnement de mets aux asperges ou de terrines de poisson.





Petit frère du Gamaret, issu lui aussi du même croisement effectué dans les années 70 par Monsieur André Jacquinet de la station fédérale de Changins, il se différencie du Gamaret par une plus grande rondeur et une structure tannique un peu plus souple. Une pièce de boeuf grillée lui va à merveille.





Cépage relativement récent, issu du croisement improbable entre le Gamay et le Reichensteiner (blanc allemand), il a su se faire une place dans le cercle très fermé de nos cépages rouges traditionnels. De couleur foncée, il est charpenté et développe des notes épicées assez soutenues. Il est à réserver à un plat de chasse ou un plateau de fromages affinés.




Cépage par excellence des côtes du Rhône blancs, il séduit avant tout par sa finesse. Son parfum bien marqué d'abricot et de fruits exotiques ravira les amateurs de vins aromatiques. Assez polyvalent, il peut, comme le Chardonnay, accompagner différents plats ou tout simplement s'apprécier à l'apéritif.